Après un petit passage par Paris pour voir Sandrine et Paolo ( et encombrer au passage leur entrée) nous rejoignons l'aéroport!

DSCF0147[1]

 

12h00, nous nous faisons enregistrer, billets en main on passe la douane et le fameux portique anti-terroristes. Plus que 2h20 à attendre et nous décollons.

 

DSCF0149[1]

 Ayaaaait ! Ca sent le départ !



On prend enfin place dans l'avion et c'est parti pour plus de 7h de vol. Comme sur tous les longs trajets, on a pu mater quelques films. Bizarrement Lizou a choisi de regarder "The Artist" et moi un reportage sur le Hockey... Alors petit truc incompréhensible, à croire qu'Air Transat a vraiment voulu nous décaler total (comme si le décalage horaire ne suffisait pas), ils nous ont servi un repas chaud en plein milieu de l'après-midi (heure de Paris). Donc on a mangé un peu décontenancés. 

 

Repas de OUF

Repas Tetris

Une heure avant d'arriver, on nous nourrit encore. Une petite part de pizza pour le "goûter" (servi à 14h, heure locale). On sent bien qu'on arrive dans un pays aux moeurs américanisantes...

Une fois la pizza engloutie, on a pu admirer le paysage quelques minutes car le ciel était dégagé contrairement à celui de France. 

 

DSCF0151[1]

La France. Nul.

DSCF0164[1]

Le Canada. Grand Soleil.

 

Après avoir atterri et nous être remis de l'annonce de la température extérieure (22°C, qui a dit qu'il caillait au Canada ?), nous nous dirigeons prestement vers la douane. Et là, commence une longue attente... Très longue... Trop longue... Plus d'une heure après avoir foulé le linoléum Québécois, un agent nous reçoit enfin. Après lui avoir expliqué qu'on venait pour le PVT et que non non, on a ni Foie Gras, ni champagne, ni pâté, ni toute autre spécialité culinaire que ce soit, il nous a demandé de passer à l'immigration pour qu'ils valident notre visa.

 

Premiers pas

Nos premiers pas sur le sol Canadien pour arriver au fameau Douanier ...



Après une nouvelle heure d'attente, nous sommes enfin débarrassés des formalités, nous retrouvons nos petites valises et nous pouvons prendre un bus, puis le métro jusque l'appartement qui nous attend sur place. Dans le bus, un québécois blond, yeux verts, avec des énooormes dreadlocks nous tient le crachoir. Très sympa, il nous parle de Montréal, nous donne des bons plans (   Tam Tam au Parc dimanche, Banjo dans un autre bar tel autre jour, très porté musique du monde^^ ).

Premièere bonne nouvelle et nous sommes plutôt chanceux, l'appartement se situe à 5 min à pied de la station de métro la plus proche. Heureusement, car la bonne vingtaine de kilos de la valise commence à se faire sentir. 

Deuxième étape une fois l'appartement trouvé, récupérer les clés. Et là ce ne fut pas une mince affaire. Nous avions notre contact sur place. La seule chose que nous sachions était qu'il s'appelle César. Nous réussissons grâce à un informateur trouvé en cours de route (dans le Hall de l'immeuble), qu'il loge au dernier étage. Nous frappons à sa porte et là, surprise, une femme nous ouvre (NDLR : après des investigations approfondies, nous avons découvert qu'il s'agissait de l'épouse de César, dont le nom nous échappe encore pour l'instant). Nous lui informons que nous venons chercher nos clés et que César était prévenu de notre arrivée. Elle nous répond dans un langage espagno-fançais peu compréhensible. Mais après quelques mimes et échanges incertains, nous finissons par obtenir le fameux césame.

 TEASER Prochain post : les photos de l'appart et du quartier

Il est donc aux alentours de 20h, heure locale et la fatigue se fait sentir. Next step : les courses! Au pif, nous prenons la longue, très longue rue près de l'appartement. D'après ce que nous entendons dans la rue, le quartier est très anglophone. Il y a toutes sortes de boutiques, fringues, restau en tout genre, starbucks, mac do, subway ... Pratique. On trouve également de nombreux " Dépanneurs", comprenez " épicerie ouverte 24h/24h 7/7j où le dentifrice est voisin d'une bouteille de whisky, du déstop et de 3 bananes". Nous décidons d'avancer encore un peu en vue de trouver un " supermarché". Et oh miracle, à l'horizon un " Pharmaprix". Après être entré à l'intérieur,  nous réalisons que cet endroit est étrange, on y vend des médicaments, des chips, du lait, des parfums ... Bizarre. Nous demandons donc de l'aide dans notre recherche de supermaché, et la vendeuse nous répond : "oh vous cherchez un magasin de nourriture, type Maxi ou Provigo? ou le métro?", euh oui? ( ça doit être ça! ). Après avoir cru comprendre que nous devions prendre le métro pour trouver des denrées alimentaires, nous réalisons que "Métro" est une chaîne de supermarché! C'est parti! Après les courses, retour à l'appartement ... repas léger et DODO !! 

Première bonne impression sur l'appart, le quartier et les québécois, qui nous viennent en aide avec plaisir :)

Tom et Lizou